Afrique Centrale: CEMAC - FMI, les clefs de la croissance

Afrique Centrale: CEMAC - FMI, les clefs de la croissance

Pour créer plus de richesses dans un contexte défavorable, la directrice générale du FMI a conseillé aux autorités de la sous-région d'unir leurs forces.

Pendant les deux jours passés à Yaoundé (7 et 8 janvier) dans le cadre de sa visite officielle au Cameroun, Christine Lagarde a enchaîné des audiences à huis clos avec les autorités camerounaises et celles de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac). Face à la presse, vendredi dernier en fin de journée, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) est revenue sur le contenu de ces différents entretiens. D'abord ceux qui ont meublé la journée du jeudi, 7 janvier, date de son arrivée en terre camerounaise.

Ce jour-là, Christine Lagarde a été successivement reçue par les ministres des Finances et de l'Economie, le Premier ministre, chef du gouvernement, et le président de la République. « L'économie camerounaise tire plutôt bien son épingle d'un jeu difficile », commentera la patronne du FMI face aux journalistes. Une situation qui s'explique car le Cameroun « a bénéficié de longue date d'une diversification nécessaire de son économie et de ses exportations », ajoutera-t-elle.

La directrice générale en veut pour preuve, le taux de croissance du pays situé à près de 6%, largement au-dessus de la moyenne de la sous-région qui est d'environ 2,5%. « Quand on compare ces taux, on mesure les bienfaits d'une économie diversifiée, d'une politique budgétaire rigoureuse et comme nous l'avons abordé au cours de nos entretiens d'hier (jeudi, Ndlr), d'une nécessaire sélection dans le financement d'un certain nombre de grands projets d'infrastructures », confiera Christine Lagarde. Mais, au-delà de ces bons points, la Dg du FMI, soulignera aussi l'exigence d'améliorer le climat des affaires pour encourager les investisseurs à rejoindre l'économie camerounaise afin que le pays puisse continuer à produire une croissance durable et inclusive pour bénéficier au peuple camerounais, lutter contre la pauvreté et participer au financement des dépenses d'éducation et de santé.

Par la suite, la Dg du FMI a tenu une rencontre bilatérale avec les ministres des Finances de la Cemac. « Je les ai encouragés à intensifier leur collaboration pour renforcer l'intégration régionale et, partant, accroître la compétitivité et doper la croissance dans la région », déclare Christine Lagarde. La « longue et bonne réunion » avec le gouverneur de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC), Lucas Abaga Nchama, a permis d'approfondir le partenariat de longue date entre les deux institutions, « en nous concentrant sur les objectifs impératifs de stabilité monétaire auxquels concourent la BEAC », précisera-t-elle.

 

L'échange avec Pierre Moussa, président de la Commission de la Cemac, était essentiellement focalisé sur les questions d'intégration régionale. Un aspect crucial, dans un contexte de vents défavorables et de baisse des cours du baril de pétrole. « La recommandation du FMI, c'est de privilégier l'intégration régionale à tous égards pour être plus compétitifs, plus concentrés sur les gains de compétitivité qui peuvent être utilisés pour une meilleure intégration », conclura Christine Lagarde.

Source: Cameroon Tribune
Date: 11 Janver 2016